Tim Burton met le feu au sapin avec Jack le squelette

Le plus étrange Noël de Monsieur… Vous!
Grâce à Tim Burton, le gros sucre de Noël ne fond pas et devient brûlant sous nos yeux! Prêts pour un conte de fées à l’envers?


Tim Burton est peut-être le plus grand cinéaste américain de la deuxième moitié du siècle. Cet auteur atypique, maigre comme un pieu à échardes planté dans le ventre de Dracula, les cheveux coiffés avec un pétard, toujours habillé de noir, est une merveilleuse taupe qui explore les sous-sols de la société US et qui, avec l’audace d’un gamin qui ose dire «Le roi est tout nu», montre que la folie rôde sous les petites maisons pimpantes et monotones des banlieues US («Edward aux mains d’argent»); que la tentation totalitaire est toujours présente sur le Nouveau Continent, né de la violence et qui continue à l’accoucher sans cesse («Batman»); que c’est la vie qui est une maladie conduisant à la mort et pas l’inverse («Beetlejuice») et que les personnages de contes de fées sont les fantômes de notre chagrin inconscient d’être, à jamais, enfermés dans notre peau, donc crevant de solitude («L’étrange Noël de M. Jack» et «Ed Wood»).

Toujours du côté des marginaux et des «pas comme tout le monde», Tim prouve que notre seul espoir de goûter à une courte existence est de la déjanter, d’oser libérer ses pulsions («Pee Wee») et de faire éclater une société puritaine en éjaculant sa fantaisie – ce qui vaut mieux que d’éjaculer des «missiles» pour garder sa place dans le groupe et la hiérarchie du pouvoir lorsqu’on n’a pas eu le courage d’oser être soi-même!

Gonflé de cette philosophie et d’un style roifinal, Tim Burton n’y est pas allé avec le dos de la cuillère dans «Mars Attacks», pamphlet hurleur où l’on voit de vilains Martiens révéler les ridicules de l’énorme «société du spectacle» qu’est l’Amérique, dans sa face tant politique qu’économique, se moquer du président des Etats-Unis et tuer tout ce qui bouge dans la cage amerloque du mauvais goût. Burton s’apprêtait d’ailleurs à remettre le couvert avec «Superman vit» dans lequel, avec la complicité de Nicolas Cage, il aurait mis à mal le mythe du superhéros, mais les grands studios, effrayés, viennent d’arrêter le projet.

Sa liberté de ton, Burton la doit au succès international de «Batman» et aussi à l’indépendance que lui procurent des studios-hangars bon marché qu’il possède à San Francisco. C’est là qu’il a imaginé «L’étrange Noël de M. Jack», un film d’animation à l’ancienne où des marionnettes ont été filmées image par image, petit geste par petit geste.

Ce conte de fées à l’envers est, à nouveau, un hymne pour les exclus, les marginaux de la planète. Ils sont représentés par les habitants du pays d’Halloween où règne le gentil Jack, dont la mission consiste à ce que les humains fêtent macabrement la veille de la Toussaint. Jack Le Squelette est un peu chagrin de vivre dans cet univers lugubre, d’autant plus qu’il a un chagrin d’amour, et décide de prendre la place plus colorée du Père Noël. Il enlève le patriarche et distribue les cadeaux aux enfants. En toute bonne foi et fraternellement, Jack croit faire plaisir aux petiots en leur offrant des os, des monstres, des araignées et des créatures hallucinantes… Cris d’horreur sous l’arbre de Noël et l’occasion pour Tim Burton de nous lancer le gros sucre consensuel des fêtes de fin d’années en pleine poire.

Le film, truffé de chansons noires, est un chef-d’oeuvre de tendresse et de corrosion qui doit énormément à son producteur-concepteur Tim Burton mais aussi à son réalisateur Henry Selick, qui confirma plus tard son talent avec «James et la pêche géante».

«L’étrange Noël de M. Jack» est un formidable ovni destiné aux adultes et aux enfants (papa et maman devront dénouer le sens du récit de Tim pour que le petiot le comprenne encore mieux; ça donnera du travail aux «grands» trop habitués à être vautrés devant leur télé, et c’est tant mieux!). Si vous ne regardez pas ce film, gare à vous car, en ce cas, j’apparaîtrai dans le reflet des boules de votre sapin en grimaçant horriblement (et pis, peut-être).

Laisser un commentaire