L’homme est un singe pour l’homme

Dans huit jours, “La planète des singes”, de Tim Burton, grand divertissement guerrier, débarque sur nos écrans. Rencontre avec le cinéaste et ses principaux interprètes.


En aucun cas, “La planète des singes”, de Tim Burton, n’est un remake de l’oeuvre ciné de 1967. Ce n’est pas une suite non plus. Je dirais que c’est une nouvelle “enquête” sur le monde étrange et bizarre de la planète des singes.
Ces mots du producteur Richard D. Zanuck, qui avait déjà travaillé en équipe sur le film de Frank- lin Schaffner, en 1967, avant de se faire un réputation personnelle en produisant des films tels “Les dents de la mer”, “The sting”, “Cocoon”, “Miss Daisy et son chauffeur” ou “Deep impact” , situe précisément toute l’énergie mise en route pour cette nouvelle version cinématographique du roman philosophique du Français Pierre Boulle par un des génies du cinéma américain contemporain, Tim Burton.

L’idée d’un “remake” de “La planète des singes” était sur la table de travail des studios hollywoodiens Fox, depuis le début des années 90. Des cinéastes comme James Cameron, Oliver Stone, Chris Columbus ou Schwarzenegger s’y intéressent. C’est finalement Tim Burton qui s’y accroche entièrement. A ce propos, Zanuck confie: J’ai eu un coup de téléphone du président des studios Fox pour me demander de réagir à deux choses: “Planète des singes” et… Tim Burton. J’ai bondi de mon fauteuil en criant: “Je veux en être!”. Cette association entre le créateur d'”Edward aux mains d’argent” et de “La planète des singes” m’a semblé immédiatement magique. Tim Burton, lui, déclare: J’ai eu envie de “finir” la “Planète des singes” dont certains trucs ne me plaisaient pas dans la première version – normal, Schaffner ne possédait pas les techniques de maquillage et d’effets spéciaux qui existent aujourd’hui.

L’histoire repose sur le même schéma que la version originale de 1967: un astronaute échoue sur une planète inconnue dominée par les singes qui ont réduit le genre humain en esclavage. Variante: la fin. Ce n’est pas la vision de la statue de la liberté ensablée que le héros va découvrir, image prouvant qu’il est échoué sur la terre et non sur une terre étrangère… Tim a compris qu’il ne pouvait entrer en compétition avec une fin aussi forte et devenue mythique, une des meilleures “fins” de toute l’histoire du cinéma, je crois, explique Zanuck. Cette fin de 1967 collait bien à l’époque de contestation où les films devaient véhiculer des “messages politiques” pour le spectateur plongé dans cette atmosphère. En 2001, pour un film d’été, promis à devenir un “blockbuster”, nous devons être plus divertissant. Surprenant aussi, bien sûr. Mais moins “philosophique qu’il y a 30 ans.

“Tim Burton, c’est comme Woody Allen et Martin Scorsese, on ne leur dit pas “non”, on court vers eux”

En s’attaquant à “La planète des singes”, histoire qui a déjà donné lieu à 5 films et deux séries télé, le réalisateur de “Batman” et de “Mars attacks” chatouille des thèmes qui le passionnent: Quelle est la frontière entre l’homme et le singe? Quelle réelle distance nous sépare? Ne sommes-nous pas orgueilleux et stupides de nous croire supérieurs à ces animaux? Si les singes avaient évolué comme nous, n’auraient-ils pas commis les mêmes horreurs violentes, les mêmes hiérarchisations sociales stupides? Pourquoi, dès qu’il y a évolution, faut-il toujours qu’une “chose” prenne le pouvoir sur l’autre? L’amour entre les espèces est-il possible? Etc.
Résultat: un film guerrier, violent, divertissant. Directeur photo: Philippe Rousselot. Maquillages: Rick Baker. Costumes: Colleen Atwood. Musique: Dany Elfman. Casting: Mark Wahlberg (“Boogie nights”, “A perfect storm”) dans le rôle de l’astronaute; Helena Bohnam-Carter (“Fight club”, “Maudite Aphrodite”) dans le rôle de la guenon libérale; Tim Roth (“Rob Roy”, “Little Odessa”) en ignoble commandant de l’armée des singes.
Cerise sur le gâteau: Charlton Heston, vedette de la version de 1967, dans un petit rôle animalier. Une idée du producteur Richard Zanuck.
Après le premier “Planète des singes”, une floppée de suites sont apparues à l’écran, raconte-t-il. Charlton Heston n’a accepté de paraître que dans la première suite et encore, épisodiquement (et pour un sacré salaire!) car, à l’époque, le procédé des “suites” semblait indigne aux comédiens. Charlton m’affirmait qu’il était trop fier du succès de “La planète des singes”, de Schaffner, pour se commettre dans une suite. La condition pour qu’il y participe fut que son personnage soit tué. Ce que nous fîmes! Trente ans plus tard, embarrassé, j’ai demandé à Charlton de revenir sur “La planète des singes” mais celle de… Tim Burton! Il s’est levé, a tourné en rond et s’est laissé convaincre lorsque je lui ai dit que sa participation était à la fois un hommage à son talent mais aussi un hommage que lui, Heston, devait rendre à un film qui l’avait rendu encore plus célèbre.

Mais n’est pas gorille, chimpanzé ou orang-outang qui veut. Il faut apprendre à perdre ses spontanéités d’humain et intégrer l’animal en soi. Oublier l’intellect pour se concentrer sur le physique. Apprendre à bouger, manger, regarder, s’asseoir, se gratter comme un singe. Pour mettre ses acteurs en “condition”, Tim Burton leur a imposé “l’école des singes”.
Dévorant une banane tout en ôtant ses chaussures, Helena Bonam-Carter s’amuse à mimer les gestes simiesques qu’elle a assimilés et évoque les quatre heures de maquillage quotidiennes qu’elle a subies pour devenir une jolie chimpanzé. Une expérience qui laissera des traces chez l’actrice anglaise. Après ce film, je ne choisirai plus jamais un rôle stéréotypé! Pourtant, au départ, je rechignais un peu à me transformer en chimpanzé. Si j’ai dit “oui”, c’est pour l’honneur de travailler avec Tim Burton. Ces artistes sont des piles d’énergie intuitive qu’ils communiquent à leurs interprètes.

Laisser un commentaire