Pierre Boulle fut le premier maître des singes

Si les Américains ont rendu célèbre “La planète des singes”, il ne faudrait pas oublier qu’il s’agit, au départ, d’un roman du Français Pierre Boulle, célèbre, dans les années ’50 et ’60, pour ses livres narratifs à portée philosophique… Ainsi, dans “La planète des singes”, moins voué à l’action que le film qui l’adapta, la grande question de Boulle est: l’homme descend-il du singe ou va-t-il vers eux. Tim Burton, qui a lu et relu ce livre, sous-tend son adaptation sur le fil de cette interrogation.
Un autre livre de Pierre Boulle, “Le pont de la rivière Kwaï”, fit aussi l’objet d’une autre superproduction dirigée par David Lean et magnifiquement interprétée par Alec Guinnes. Cet auteur est à redécouvrir.
En 1967, le solide réalisateur Franklin Schaffner, qui offrit, plus tard, un mémorable “Patton”, adapte “La planète des singes”. Dans le rôle de l’astronaute, Charlton Heston trouve son meileur rôle, avec celui du militaire de “Major Dundee”, grâce à un jeu sec et brutal qui prouve l’intolérance de cet homme devant une terre dirigée par des singes humanisés qu’il méprise (Kim Hunter et Roddy McDowall y jouaient des chimpanzés philosophes et férus de sciences)… Le succès de ce film engendra des suites: “Le secret de la planète des singes”, “Les évadés de la planète des singes”, “La conquête de la planète des singes” et “La bataille de la planète des singes”. Dans le dernier opus, très série B, les singes mènent une révolution sociale contre les hommes qui peut être comparée à la révolution russe de 1917!
Plus tard, la télévision émolliera et banalisera “La planète des singes” dans une série ludique mais pauvre en émotions et en réflexions.

Laisser un commentaire