Encore une nouvelle rumeur de film ?

Le site MovieMusicals.net rapporte que Tim Burton & Johnny Depp pourraient à nouveau collaborer ensemble (décidément…) sur Sweeney Todd, une comédie musicale déjà adaptée du livre de Hugh Wheeler par Stephen Sondheim en 1979.
Depp y jouerait le rôle du barbier.

Une confirmation serait attendue dans les semaines à venir…

Mais en cherchant un peu, cela ressemble plus à une rumeur ressortie d’un vieux tiroir, puisque l’on parle de ce projet depuis… 1992.
A cette période, en effet, Tim Burton planchait sur ce projet pour la Warner Bros avant que cela tombe à l’eau à cause du mauvais accueil de Mars Attacks! :

Sondheim has been protective about “Sweeney Todd” since the Burton project fell apart at Warner Bros. Studio sources recall a short option deal that didn’t seem a problem because Burton planned to make it right after “Mars Attacks.” When that alien invasion spoof crash landed at the box office, Burton took the disappointment hard and Sondheim was left hanging.

Spielberg aurait été lui aussi intéressé, avant de passer la main à Sam Mendes tout en gardant un oeil sur la production puisqu’elle sera prise en charge par Dreamworks.

Après vérification sur IMDB, le projet est en effet annoncé (mais pas confirmé) sur la page de Sam Mendes.

Il s’agit donc, concernant Burton, plus que probablement d’une rumeur…

Synopsis

Londres au 19ème siècle. Sweeney Todd est un barbier, de retour dans la Capitale anglaise. Evadé de prison, il a perdu la trace de sa femme et sa fille qui ont été enlevées par le juge Turpin, celui-là même qui l’a fait emprisonner. Il retrouve madame Lovett, une cuisinière qui fabrique des tartes à la boulette de viande. Secrètement amoureuse de lui, elle a entretenu l’échoppe du barbier. Ensemble, ils ouvrent un commerce macabre : il tranche la gorge de ses clients, elle accommode les corps dans ses tartes à viande. Sweeney Todd retrouve la trace de sa fille. Il organise sa vengeance sur le juge Turpin et le tue avant de mourir lui-même au moment de retrouver sa femme devenue folle. Sa fille survit au carnage. Pour l’épilogue, la foule arrive sur les lieux du crime pour chanter que le monde est rempli de Sweeney Todd en quête de vengeance.

Le thème

D’un macabre délibérément outrancier, le saignant Sweeney Todd montre un individu broyé par la société. Victime des institutions représentées par le juge corrompu Turpin, il ne peut répondre qu’à travers la vengeance. Il y a un coté Kurt Weill/Bertold Brecht de l’Opéra de Quat’Sous dans la représentation d’une société où il faut écraser l’autre pour ne pas être soi-même victime. Autrement dit, l’homme est un loup pour l’homme. La métaphore prend une forme explicite avec le cannibalisme auquel se livrent les consommateurs des tartes de Madame Lovett. Le constat de pessimisme social est désespéré.

L’histoire derrière l’histoire

Cinquième collaboration entre Sondheim et le producteur-metteur en scène Harold Prince, le choix du texte vient de Sondheim qui est ensuite allé forcer la main de son complice à la mise en scène depuis Company. Broadway n’avait pas encore connu sur scène un tueur en série brandissant un rasoir en hurlant : “Enfin, mon bras est complet !”. Sweeney Todd a une partition incroyablement dense et complexe : des choeurs quasi-religieux, de splendides ballades, des meurtres magnifiquement mis en musique, du comique d’opérette, des ensembles agités. L’atmosphère passe du calme au sauvage d’une chanson à l’autre. D’une audace macabre l’oeuvre a séduit des maisons d’opéra anglo-saxonnes.

merci à Pierre Lambert pour le tuyau !

Laisser un commentaire