Festival du court-métrage de Draguignan – 26, 27 et 28 octobre 2012 : compte-rendu

Tout a commencé au mois de juin 2012 lorsque le Pôle Image de Draguignan nous a contacté pour savoir si nous pouvions co-animer avec eux le festival du court-métrage qu’ils organisent depuis 2007 et qu’ils souhaitaient, cette année, consacrer à Tim Burton et à l’animation image par image (stop-motion). Après plusieurs mois de discussions et de consultations d’agenda, un groupe de quatre membres du site s’est progressivement formé, composé de Constance, Elsa, Loïc et Simon, qui ont finalement décidé de se lancer dans l’aventure et de réserver leur week-end pour partir dans le Sud de la France. C’est donc aidés par les autres membres du site que nous avons pu organiser des quiz, des conférences, une exposition autour de Tim Burton ainsi qu’un stand de livres afin de faire découvrir l’univers du réalisateur/artiste au public du festival.

***

Le 24 octobre nous voilà donc prêts à partir, après avoir récupéré les figurines d’Arnold et les classeurs presse d’Emilie qui viendront compléter l’exposition, tout est dans la voiture, la route est à nous! (les costumes d’Emmanuelle ayant déjà été envoyé sur place directement). C’est après 10h de route que nous arrivons enfin à bon port et que nous sommes chaleureusement accueillis par Antoine et Gaël du Pôle Image.
C’est donc à partir du jeudi que le travail commence. Dès le matin nous organisons l’exposition: deux d’entre nous s’occupent d’installer les figurines dans les vitrines, nous demandant comment les positionner les unes par rapport aux autres, lesquelles devaient être mises en avant, etc… C’est qu’il y en a une telle profusion ! Certaines doivent être à regret délaissées. C’est donc après toute une matinée de travail que nous arrivons enfin à ce résultat-là:

Pendant ce temps Simon et Loïc s’occupent d’organiser les cadres. Effectivement le Pôle Image de Draguignan a imprimé et fait encadrer des reproductions de certaines œuvres de Tim Burton et l’ensemble rendait plus que très bien. Nous étions tous en extase devant le résultat très proche des originaux et ce n’était pas l’envie de les voler qui manquait! Des affiches des films sont également mises en place afin de combler les murs vides et de mettre en place une ambiance burtonienne. L’installation des livres ne peut se faire que le lendemain puisque le hall du théâtre est occupé pour la journée par une représentation de hip-hop.

Le soir arrive, nous attendons les autres invités du festival et faisons donc connaissance avec Emmanuelle Bondeville, doubleuse officielle de Michelle Pfeiffer, Paul Borne, doubleur officiel de Laurence Fishburne et enfin, d’Alexandre Poncet, journaliste à Mad Movies et surtout producteur d’un documentaire: Ray Harryhausen, Titan des effets spéciaux, qui doit être diffusé le samedi soir.

***

Nous voilà enfin arrivés au vendredi, premier jour du festival ! Encore une fois, nous commençons de bonne heure, de manière à se préparer chacun de notre côté. Simon et Elsa s’entraînent pour les conférences qu’ils vont donner toute la journée sur la stop-motion chez Burton, le tout devant plus de 650 élèves de collège et lycée! De l’autre côté Constance et Loïc installent le stand des livres, tout est fin prêt, on peut commencer ! Les élèves arrivent au compte-goutte puis au bout d’une demi-heure tout le monde est lancé et la journée se déroule comme prévue. Les classes se succèdent et vont voir tour à tour:

  • le théâtre avec le stand de notre association où ils feuillettent les ouvrages, regardent les photos des magazines et les costumes d’Emmanuelle et nous posent des questions sur le travail de Tim Burton
  • les étudiants en maquillage qui leur font diverses têtes de Jack Skellington, Reine Rouge et autres personnages burtoniens
  • la conférence de notre présidente et vice-président (hé oui, on ne se mélange pas!) dédiée à la stop-motion dans l’œuvre de Tim Burton, laquelle est suivie de l’exposition des figurine, affiches et reproductions

Ils passent également par le cinéma de Draguignan où ils sont attendus pour deux autres ateliers/conférences: l’un sur la stop-motion et Ray Harryhausen par Alexandre Poncet et l’autre sur le métier de doubleurs avec un essai doublage à la clé, le tout animé par Emmanuelle Bondeville et Paul Borne :

Après cette rude journée, nous préparons l’exposition pour le lendemain, en effet, les autres ateliers n’étant pas là, nous serons les seuls au théâtre et toutes nos affaires seront réunies dans le lieu de l’exposition. Les costumes sont donc descendus ainsi que le stand de livres !

Le soir de ce premier jour est consacré à l’avant-première de Frankenweenie. Nous avons la chance d’avoir une présentation du film par Alexandre Poncet, critique cinématographique et amateur de Burton qui nous a précisé que, pour lui, Frankenweenie était le meilleur Burton depuis Mars Attacks! C’est donc avec une grande impatience que nous attendons le début de la séance. Nous ne nous attarderons pas sur le film en lui-même (aussi génial soit-il), différents avis sont à lire sur le forum.

Une fois la projection terminée, et cinq minutes pour nous remettre de nos émotions plutôt fortes, nous commençons le quiz vidéo que nous avions organisé. Trois équipes de cinq personnes prennent forme rapidement, nous pouvons commencer. Le quiz se compose de trois manches : extraits vidéos, extraits musicaux et enfin images, le tout nécessitant une connaissance assez pointue de l’œuvre burtonienne. C’est après une bataille acharnée, les candidats faisant preuve d’une érudition assez impressionnante, que les Frankenwinners gagnent le premier lot, mais nous sommes des gentils, personne n’est perdant, et tout le monde gagne différents lots (des places de cinémas et des repas d’une grande chaîne de fast –food ont été répartis entre les trois équipes, le nombre augmentant forcement en fonction de leur place dans le classement). D’autres lots, en rapport avec Frankenweenie, ont été également remportés et c’est ainsi que les troisièmes : l’équipe des Timmy, ont eu deux tasses et trois t-shirts ornés d’un superbe Sparky; les deuxièmes : les Johnny Deeper, ont eu cinq t-shirts et enfin, les grandes gagnantes (qui portaient décidément bien leur nom): les Frankenwinners, ont pu ramener dans leur petit chez elles cinq magnifiques sacoches.

***

Nous sommes déjà samedi, le temps passe plus que vite! Ce matin nous sommes tous les quatre en charge de l’exposition et nous recevons une centaine de personnes, qui nous posent de nombreuses questions sur l’homme aux grandes lunettes et nous demandent des conseils sur quels films montrer aux jeunes… Loïc et Elsa se chargent de corriger les questionnaires arrangés par nos soins qui permettaient de gagner un DVD de Dark Shadows. Pour l’après-midi, encore une fois, nous nous séparons. Elsa et Loïc filent au cinéma pour assister aux projections des courts-métrages. En effet, nos deux comparses font partie, avec les autres invités, des membres du grand jury du festival. La salle est comble pour découvrir la première série de films consacrée à la catégorie Amateur, dont la plupart ont été réalisés par des jeunes des environs. Pendant plusieurs heures, ce sont douze créations très différentes qui vont se succéder : du film d’animation, de la comédie, du drame… Beaucoup de références au cinéma et à la télévision, à la culture populaire et beaucoup de belles idées! S’ensuit les onze films de la catégorie Professionnelle, tout aussi variés dans leurs genres, ce qui donne une sélection plutôt intéressante! Le jury se réunit ensuite pour délibérer, ce qui se fait très rapidement, les coups de cœur étant globalement partagés par l’ensemble de ses membres. Le grand jury doit remettre un Grand Prix dans chaque catégorie, et se mettre d’accord sur un Prix d’Encouragement dans la catégorie Amateur avec le Jury Jeune composé de lycéens passionnés, tandis que le public a également pu voter pour son film Amateur préféré lors de la projection en salle.

De leur coté, Simon et Constance continuent la supervision de l’exposition et du stand de livres. Encore une fois, beaucoup de personnes viennent nous voir et de nombreuses conversations très intéressantes naissent sur les influences de Burton et les goûts de chacun, grosse surprise également puisque Var Matin vient nous interroger sur notre association et la part que nous avons dans ce festival. Une belle pub pour nous!
Pour le dernier soir les organisateurs ont misé fort, car nous avons eu droit à la projection du documentaire Ray Harryhausen, Titan des effets spéciaux, produit par Alexandre Poncet et réalisé par Gilles Penso. Nous en apprenons tous beaucoup sur ce grand monsieur spécialiste des effets-spéciaux et de la stop-motion. A l’occasion de sa projection à la Cinémathèque le 14 décembre prochain, nous consacrerons un compte-rendu détaillé du documentaire.
La dernière soirée du festival se révèle plus festive, puisqu’une excellente entente règne entre les invités qui échangent blagues, vidéos et anecdotes jusqu’à pas d’heure!

***

Nous voilà déjà le dernier jour. La matinée du dimanche est donc consacrée aux habituels discours et remerciements ainsi qu’à la remise des prix des gagnants du festival. Le Grand Prix Amateur est remis à Et Demain d’Anthony Marzin (que nous avons eu le plaisir de rencontrer plus tard), superbe délire sur la fin du monde qui laisse à réfléchir, et le Prix d’Encouragement à Bernard-Henri, L’Ennui of Evil de Mathieu Alfred, sorte de Shaun of the Dead lycéen. Du coté de la Catégorie Professionnelle, le Grand Prix revient à Lose Actually de Liam Engle, qui suit les mésaventures de Bob, geek un peu mal dans sa peau qu’un ami oblige à sortir de chez lui, et le Prix Jeunesse est attribué au fascinant 505g de Jérémy Azencott. La plupart des réalisateurs n’ont malheureusement pas pu être sur place à cause de la météo qui a bloqué un certain nombre de trains et de routes, mais une communication par Skype nous permet de faire la connaissance de chacun d’entre eux. C’est ensuite le moment du départ, autour d’un petit buffet installé devant le cinéma, nous échangeons coordonnés et autographes avec tout ceux qui ont contribué à faire de ce festival une expérience extrêmement agréable.

***

C’est donc avec des étoiles plein les yeux que nous rentrons de ce super séjour. Travailler avec de telles personnes a été vraiment un régal et un enrichissement personnel très fort. Le Pôle Image de Draguignan nous a plus que bien accueillis, à tel point que nous ne voulions plus partir! Ils nous ont tous poussés dans notre passion et nous ont éclairé sur notre orientation associative. Nous avons eu une chance énorme de faire partie de tout cela, et nous espérons réellement continuer et avoir encore plein de belles occasions de partager nos passions, montrer nos collections, faire des conférences, faire connaître le travail de l’artiste/réalisateur et de parler et parler et encore parler du grand Monsieur Burton à travers toute la France !

Tim-Burton.net tient à remercier Gaël et Antoine du Pôle Image, Emmanuelle, Paul, Alexandre, François et Francis pour leur gentillesse et bien sûr tous les curieux qui sont venus à ce festival !

Compte-rendu par Constance et Elsa, photos par Loïc.

Venez en discuter sur notre forum

Laisser un commentaire