Tag Archives: new Frankenweenie

Frankenweenie nominé aux Oscars

Oscars 2013

Après les Golden Globes, les Oscars ! Frankenweenie a été nominé dans la compétition reine d’ Hollywood dans la catégorie “Meilleur film d’animation” aux côtés de Rebelle, L’Etrange Pouvoir de Norman, Les Pirates et Les Mondes de Ralph. Contrairement aux Golden Globes, les Oscars mettent cette année les films d’animation en stop-motion à l’honneur avec pas moins de trois nominations ! Il est à noter qu’aucun film d’animation n’est nominé dans la catégorie “Meilleur Film”.

En discuter sur le Forum

Frankenweenie nominé aux Golden Globes 2013

golden-globes

Les nominations aux Golden Globes viennent de tomber et, sans surprise, Frankenweenie est nominé dans la catégorie “Meilleur film d’animation” aux côtés de Rebelle, Hôtel Transylvania, Les Mondes de Ralph, et Les Cinq Légendes.

Etonnant, L’Etrange Pouvoir de Norman, lui aussi réalisé en stop motion, par le studio Laika, n’est pas nominé. Avec Frankenweenie, Rebelle et Les Mondes de Ralph en lice, Walt Disney Pictures est de très loin le grand gagnant de cette sélection. A voir si cela se confirme avec les prix… En tout cas, étant donné l’écho que Frankenweenie a réussi à faire résonner dans nos petits coeurs de burtoniens sensibles, inutile de préciser quel film nous soutenons !

En discuter sur le Forum

 

Galerie – Les longs-métrages

Tim Burton s’essaye au doublage dans le cadre d’un anime japonais !

Tim Burton doublage

Réalisateur, acteur, dessinateur, sculpteur, photographe, poète, et maintenant doubleur ! Tim Burton s’essaye un peu à tout. Dernier fait en date : doubler un chien dans la série animée Kami-Usagi Rope de Yūji Uchiyama et du studio Robot. Burton a profité d’un séjour au japon le mois dernier lors de la promotion de Frankenweenie pour doubler ce personnage à son image. Burton n’aurait pas seulement parlé en anglais, mais également en japonais !

La série devrait être visible sur Fuji TV en début 2013, lors du programme Mezamashi Terebi.

En discuter sur le Forum

La BO de Frankenweenie par Danny Elfman : la critique

Frankenweenie-Music-By-Danny-Elfman

Cela commence à être un motif régulier. Dès qu’un nouveau film de Tim Burton sort, une attente quasi égale accompagne la sortie de sa bande originale, bien évidemment composée par son double musical à l’écran, Danny Elfman. Et si Frankenweenie, dernier-né de l’univers de Burton (ressuscité, de bien des façons pourrait-on dire) sonne comme un vibrant et sincère hommage du réalisateur à tout ce qu’il a toujours le plus profondément aimé depuis son enfance, son score, toujours signé par son talentueux compositeur rouquin, respire aussi le retour en arrière et l’hommage appuyé, moins à ses sources d’inspirations qu’à ses plus grandes heures de composition.

Frankenweenie : notre avis à chaud !

En attendant quelque chose de plus construit et s’autorisant les spoilers, nous vous donnons notre avis à chaud de Frankenweenie, des fois que vous hésitiez encore à aller vous pointer dans les salles obscures ! Le film ne sortant en France que mercredi 31 octobre, la-dite impression est bien entendu dénuée de tout spoiler ! Bonne lecture !

Frankenweenie n’est pas encore officiellement sorti (Mercredi 31 octobre) que déjà, les avants premières pullulent sur la planète, notamment dans nos contrées et dans la capitale où notre équipe a bien gentiment été conviée.

Le film représente plus que l’aboutissement d’un long travail, il est aussi le point d’orgue d’une année riche en actualité sur Tim Burton, entre un film (Dark Shadows), sorti en Mai dernier, une exposition à succès à la Cinémathèque Française de Paris et autres productions (Abraham Lincoln, Chasseur de Vampires). Présent sur tous les fronts, notre réalisateur favori ne s’est pas ménager et n’aura pas démérité son succès avec ce seizième long-métrage, réalisé en amont de Dark Shadows, en animation image par image et dans la plus pure tradition. Pour quel résultat ?

Force est de constater que le film, même pour nous au sein de l’équipe, ne partait pas gagnant sur beaucoup de points. Sorte de « remake » d’un court adoré par les fans, déjà réalisé pour le compte de Disney en 1984 par Burton, on pouvait tous craindre la redite d’une histoire déjà vue. Mais c’est sans compter sur la volonté appuyée de Burton, fort de son succès chez Disney grâce à Alice In Wonderland, de réaliser ce long-métrage en stop motion (à l’instar de The Nightmare Before Christmas et Corpse Bride) et en noir et blanc. Des choix artistiques risqués pour le géant aux oreilles rondes, pourtant aujourd’hui tout disposé à donner à Burton les moyens nécessaires à la création de la vision initiale qu’il avait de Frankenweenie. Car ce Frankenweenie cuvée 2012 est bien ce que Tim Burton comptait montrer initialement en 84, mais qui, faute de moyens, a dû se rabattre sur un format court-métrage avec de vrais acteurs.

Et, c’est en ce sens que le film Frankenweenie est pour nous une merveille. Sans remettre en cause une seule seconde ses travaux plus récents, le film porte la marque indélébile de son auteur. Nourri de ses thématiques les plus personnelles, d’un casting de choix réunissant ses pygmalions d’autrefois, comme Catherine O’Hara, Martin Landau et Winona Ryder mais aussi d’un sens esthétique (merci Rick Heinrichs) riche et graphique nous ramenant à Edward Scissorhands et Ed Wood.

Doté d’une narration efficace et facile à suivre, de même qu’une 3D impeccable (et utile, pour une fois), Frankenweenie est un hommage , moins nourri d’autoréférences (ce que l’on pouvait reprocher à ces deux derniers films) que de clins d’oeils à tout ce cinéma classique qui l’a tant nourri : les films de monstres d’Universal, de la Hammer (d’ailleurs Sir Christopher Lee est bien présent dans le film, d’une façon extrêmement surprenante, je ne vous en dit pas plus) les films de Godzilla et des récits du Dr. Seuss. Danny Elfman offre également une partition aussi exemplaire et classique que tonitruante et émouvante, dans la grande tradition des bandes originales de Sleepy Hollow et Mars Attacks.

S’il était une « critique » à émettre , et elle est moindre, c’est qu’il est presque dommage que pour se parer d’une telle émotion , Tim Burton ai due reprendre une histoire déjà existante au détriment d’une idée originale. Mais le court-métrage en était déjà une, variation du film de James Whale, Frankenstein (1931) qu’il s’est , encore une fois, totalement approprié, à l’instar de son chef d’œuvre, Edward Scissorhands, qui en était déjà très librement inspiré.

Sincère, le film l’est, et touchés, nous le sommes. Au point que nous retournerons le voir et le conseillerons sans modération afin que chacun découvre la teneur plus vraie que nature de cet adorable petit chien littéralement cousu de fils blancs et de son jeune maître si proche de l’auteur qui l’a fait naître.

« It’s Alive », mes amis. « It’s Alive ».

Vous aussi venez donner votre avis sur le Forum !

Une Master Class de Tim Burton et une avant-première à la Défense

Nous vous avions parlé de l’ouverture, le 24 octobre de l’ouverture à la Défense de l’exposition consacrée à Frankenweenie. Mais ce n’est pas tout ! En effet, Tim Burton fera une Master Class le 23 octobre aux Quatre Temps, à la Défense, laquelle sera suivie d’une projection en avant-première de Frankenweenie et de l’inauguration exclusive de l’exposition ! Pour y aller ? Nous n’avons pas pour le moment d’information précise mais nous vous informerons dès que nous en saurons plus. En revanche, il est d’ors et déjà possible d’espérer gagner deux place. Le site Disney Privilèges propose en effet, sous réserve d’une petite inscription gratuite, de gagner une paire de places pour la Master Class, la projection en avant-première et l’ouverture de l’exposition. Faites vite, le concours est ouvert jusqu’au 12 octobre ! Et bonne chance à tous !

En discuter sur le Forum

Merci à Emeline pour l’info !

 

“Frankenweenie, les coulisses du film” : une date et un lieu pour la France !

Nous vous en avions déjà parlé, l’exposition Frankenweenie, les coulisses du film, qui a déjà fait escale à Barcelone, San Diego, Mexico, Toronto, Anaheim, Madrid et Londres sera bel et bien à Paris ! Le lieu et la date ont d’ailleurs été annoncés. Elle se tiendra ainsi du 24 octobre au 5 novembre 2012, comme pour accompagner la sortie du film en France le 31 octobre, aux Quatre Temps – Place du Dôme à la Défense. L’entrée de l’exposition sera par ailleurs libre et gratuite.

Le visiteur découvrira ainsi les éléments du tournage du film en étant plongé au coeur de ceux-ci. Sont ainsi ainsi au programme :

Le bureau de Tim Burton avec des dessins originaux, certaines marionnettes de personnages, leurs costumes mais aussi plusieurs décors agrémentés de nombreux accessoires du film :
- le grenier dans lequel Victor fait ses expériences scientifiques
- la salle de classe du professeur Rzykruski
- la cuisine de la famille Frankenstein
- et enfin la chambre de Victor.

Source : Disney France

En discuter sur le Forum

Merci à Timidou pour l’info !

Ecoutez “Strange Love” de Karen O, le générique de Frankenweenie

Le site Prefix a mis en ligne le morceau “Strange Love”, chanté par Karen O, et qui constituera le générique de fin de Frankenweenie.

Dire que le morceau constitue une surprise est un euphémisme ! Nous sommes loin, très loin de toute ambiance gothique. Au revoir le noir et blanc horrifique qui renvoie aux films de la Universal des années 30. Bienvenue au soleil hawaïen, avec humour et entrain ! L’écoute de cette musique ne peut qu’évoquer au burtonien assidu les rythme de Harry Bellafonte dans Beetlejuice. Et si Frankenweenie cachait bien son jeu et se révélait tout autre que la promotion le laisse penser jusqu’ici ?

En discuter sur le Forum

Frankenweenie pour l’ouverture du festival BFI de Londres

La date de l’avant première européenne de Frankenweenie a été annoncée. Ce sera le 10 octobre 2012, en guise d’ouverture du 56e festival BFI, à Londres. La projection aura donc lieu en IMAX à l’Odeon Leicester Square ainsi que simultanément dans 30 cinémas du Royaume-Uni.

Tim Burton, Winona Ryder, Martin Short, Catherine O’Hara, Martin Landau, la productrice Allison Abbate et le producteur exécutif Don Hahn sont attendus à cette cérémonie selon les organisateurs du festival.

Londres accueillera également “The Art of Frankenweenie Exhibition” du 17 au 21 octobre au Southbank Center.

En discuter sur le Forum