Burton vous inspire : ce mois-ci Junk Girl

Après Danse, Oscar de Solen Boursier le mois dernier, voici en ce mois de décembre Junk Girl, un court-métrage en stop-motion de Mohammad Zare et Shalale Keiri des Studios d’animation DiDoDa. Preuve que notre association dépasse les frontières de la langue, ce court-métrage nous vient d’Iran et a remporté le Prix du meilleur film d’animation au Tabriz Film Festival cette année.

Présenté au Nahal Student Short Film Festival de Tehran, Junk Girl est directement inspiré du poème éponyme de Tim Burton édité dans son recueil La Triste Fin de l’Enfant Huitre et Autres Histoires.

Mélangeant animation traditionnelle et incrustations sur fond vert, ce court-métrage reprend des éléments clés dans le cinéma de Burton tel que le chat, les rayures, le rejet de la société.. Une attention particulière est porté aux décors, aux détails et aux mouvements de caméra, rendant le tout très homogène et de grande qualité. Ils ne reculent devant aucun effet difficile à recréer en stop-motion : les nuages, l’eau, le feu, les grands décors, les objets ou personnes  en lévitation, les gros plans etc. Notons la présence de Tim Burton dans la scène du café.

Mais Junk Girl va au-delà du poème de Tim Burton avec une fin inattendu qui rappel un autre film d’animation qui a cartonné au box-office américain…

En discuter sur le forum

Laisser un commentaire